Elle dépend de plusieurs facteurs : l’importance et l’ancienneté des problèmes, l’âge et l’état général du patient, son mode de vie (sa position de sommeil...), etc. En d’autres termes, le respect qu’il aura de son hygiène générale et vertébrale, les raisons d’apparition de ses problèmes (accidents, chocs, mauvaises habitudes de travail, stress, installation progressive ou rapide, traitements antérieurs...) sont des paramètres essentiels au maintien de sa santé.

 

Le traitement initial peut comprendre plusieurs consultations dont le nombre et la fréquence sont fonction des divers facteurs concernant l’apparition, l’évolution, de la gravité du problème, et du type de technique utilisée. Celles-ci deviennent de plus en plus espacées au fur et à mesure que l’état du patient s’améliore et que les appareils articulaires, vertébraux et neurologiques retrouvent un équilibre et une harmonie de fonctionnement.

 

Cette première partie de correction est essentielle, car de sa bonne finition dépendra la qualité de soins ultérieurs éventuels, et la possibilité de régler un nouveau problème rapidement. Par la suite, le chiropraticien pourra, grâce à des consultations d’entretien, dont le besoin varie individuellement, assurer l’entretien de votre appareil vertébral et de votre système nerveux.

 

Cette démarche, préventive autant que curative, s’avère à long terme rationnelle, équilibrante et économique pour le maintien de la santé et du bien-être, comme en atteste le nombre de pays qui ont choisi de règlementer cette activité professionnelle à cause des coûts moindres qu’elle occasionne.