La Chiropraxie

La Chiropraxie est une profession de santé crée en 1895  par Daniel David Palmer. Elle est reconnue en France par la loi du 4 mars 2002, dite « loi Kouchner ».  Cette profession consiste à ajuster les subluxations (perturbations réversibles de l'appareil neuro-musculo-squelettique) pour restaurer le fonctionnement du système nerveux, en utilisant les compétences de guérison naturelles de l'organisme.

C’est une profession du domaine de la santé responsable de l’entretien et du rétablissement du fonctionnement de l’appareil articulaire dans sa relation au système nerveux par le travail de la main sur les déplacements et pertes de mobilité articulaires. L’action neuro-vertébrale de la Chiropraxie consiste en l’ajustement des subluxations vertébrales.

 

La subluxation chiropratique est un dérangement fonctionnel réversible d’une articulation qui est provoqué par des tensions au niveau des tissus musculaires adjacents. Elle induit une perturbation de la transmission de l’influx nerveux, ainsi que des réponses adaptatives moins cohérentes de la part de l'organisme. 

 

L'appareil articulaire est composé d’éléments segmentaires mobiles (vertèbres, os crâniens ou du bassin) dont la mobilité peut être perturbée. Il protège le système nerveux central et laisse passer librement les rameaux nerveux.

 

Le système nerveux contrôle et organise les commandes de survie du corps par le système nerveux central (cerveau et moelle épinière) ; relie le système nerveux central et les organes par le système neuro-végétatif (neuro-organique) ; relie le système nerveux central et les acteurs du mouvement et de la sensibilité du corps par le système nerveux somatique.

MOYENS D’ACTION

 

Pour engager l'analyse chiropratique qui lui pemret de détecter les subluxations à corriger, le chiropracteur réfère le patient pour faire réaliser, lorsque cela est nécéssaire, des examens adaptés (physiques, orthopédiques, neurologiques, radiologiques, etc.). Selon la technique qu'il aura spécifiquement décidé d'utiliser, il se sera assuré qu'il n'existait pas de contre-indication chez le patient. Les subluxations vertébrales sont corrigées à l’aide d’ajustements : stimulations manuelles contrôlées sur un segment ostéo-articulaire, provoquant une normalisation des éléments musculo-squelettiques perturbés.

 

Le système nerveux peut alors à nouveau jouer plus aisément son rôle de régulateur des fonctions du corps, et donc, de la santé. Cet acte correctif spécifique a son effet à l’intérieur des variations physiologiques articulaires normales et respecte l’intégrité anatomique. Il peut être préparé ou complété par l’utilisation de techniques réflexes modifiant le tonus musculaire et les tensions ligamentaires.

 

Les conditions de vie actuelles font qu’il faut parfois, en plus de l’ajustement ou en préparation à ce dernier, éliminer des défauts d’hygiène mécanique et de perturbations passées, problèmes tels :

 

  • Les mauvaises positions de sommeil, postures de travail, etc.
  • Une mauvaise organisation neurologique (voir Méthode Whiteson).
  • Les perturbations créées par des défauts de fonctionnement ou de structure de l'appareil cranio-mandibulaire (collaboration dentaire), etc.

 

En effet, les paramètres de compensation cités ci-dessus peuvent empêcher la correction des subluxations vertébrales, allant même parfois jusqu’à favoriser leur récidive.

 

L’ajustement chiropratique ne nécessite ni force, ni brutalité, ni douleur. Les outils de soins chiropratiques sont néanmoins très variés parmi les plus de 100 000 chiropracteurs en pratique dans le monde et semblent être appréciés par un grand nombre de prestigieux professionnels suivis par des chiropracteurs, pour ne citer que Tiger Woods, Arnold Schwarzeneger, parmi tant d’autres champions… et les responsables des grandes équipes de football, de basketball, ou olympiques. 

FORMATION

 

Le chiropracteur est le professionnel spécialisé dans la pratique des ajustements articulaires, gestes travaillés quotidiennement au cours des études. Sa formation, 4960 heures de cours, est répartie sur 5 années à temps plein, dont 15 mois de stages cliniques.

 

Les études se composent comme il suit:

 

  • Sciences fondamentales : anatomie, dissection, biochimie, histoire des professions de santé, histologie, microbiologie, nutrition, pathologie, physiologie, etc.
  • Sciences cliniques : neurologie, orthopédie, diagnostics cliniques et de laboratoire, radiologie, psychologie, etc.
  • Sciences chiropratiques : philosophie et principes chiropratiques, palpation, analyse du rachis, biomécanique, techniques chiropratiques traditionnelles, différentes spécialités, etc.
  • Stages cliniques.
  • Un examen clinique final devant un jury professionnel.
  • Un mémoire de fin d'études. 

 

Le chiropracteur diplômé est alors compétent pour exercer son traitement dans les pays où son activité est règlementée, soit, pour exemple : l’Allemagne, l’Australie, la France, les États-Unis, le Canada, le Danemark, les Pays-Bas, la Norvège, la Suède, la Suisse, l’Angleterre, le Mexique, le Japon... 

INDICATIONS

 

Les patients, selon leur connaissance de cette profession (conseil d’un professionnel de santé, habitudes familiales, séjours à l’étranger où la profession est règlementée, conseils d’amis…), viennent consulter pour diverses raisons : résolution d’un symptôme chronique, amélioration d’un problème de scolarité ou de comportement, scoliose, réglage de la performance et soins du sportif, etc.

 

Contrairement à une idée communément répandue, le but de la chiropraxie n’est pas seulement d’éliminer des douleurs, mais d’engager le corps à jouer ce rôle lui-même en réparant ses outils naturels d’accès à la santé. 

 

Suivent quelques exemples, parmi tant d'autres…

 

Des douleurs d'origine vertébrale ou articulaire

 

  • Douleurs vertébrales à tous les niveaux : torticolis, douleurs cervicales, dorsales ou lombaires, raideurs du cou ou du dos.
  • Douleurs ou symptômes au crâne ou au visage : certaines céphalées (maux de tête), migraines, douleurs oculaires, vertiges, névralgies faciales.
  • Douleurs des membres supérieurs (épaule, coude, avant-bras) : névralgies cervico-brachiales, périarthrites scapulo-humérales, défauts de sensibilité, "tennis elbow", syndrome du canal carpien, etc.
  • Douleurs thoraciques, abdominales ou pelviennes : névralgies intercostales ou pseudo-viscérales (imitant une douleur d’organe).
  • Douleurs des membres inférieurs (hanche, genou, cheville, pied) : sciatiques, cruralgies, entorses, etc.

 

Un certain nombre de troubles généraux

 

Les soins chiropratqiues trouvent également leur place dans les problème du type : dyslexie (et ses déclinaisons: dysgraphie, etc.), difficultés d’apprentissage et de comportement (hyperactivité ou indolence des enfants), scoliose idiopathique et scolioses non évolutives, défauts de coordination et de confiance ou blessures répétitives chez les sportifs (contrôles souhaitables en début, en fin de saison, et après les chocs et les blessures), certains problèmes de santé chroniques ou récidivants, etc.

DURÉE DU TRAITEMENT

 

Elle dépend de plusieurs facteurs: l’importance et l’ancienneté des problèmes, l’âge et l’état général du patient, son mode de vie (sa position de sommeil…), etc. En d’autres termes, le respect qu’il aura de son hygiène générale et vertébrale, les raisons d’apparition de ses problèmes (accidents, chocs, mauvaises habitudes de travail, stress, installation progressive ou rapide, traitements antérieurs…) sont des paramètres essentiels au maintien de sa santé.

 

Le traitement initial peut comprendre plusieurs consultations dont le nombre et la fréquence sont fonction des divers facteurs concernant l’apparition, l’évolution, de la gravité du problème, et du type de technique utilisée. Celles-ci deviennent de plus en plus espacées au fur et à mesure que l’état du patient s’améliore et que les appareils articulaires, vertébraux et neurologiques retrouvent un équilibre et une harmonie de fonctionnement.

 

Cette première partie de correction est essentielle. De sa bonne réalisation dépendra la qualité de soins ultérieurs éventuels, et la possibilité de régler un nouveau problème rapidement. Par la suite, le chiropraticien pourra, grâce à des consultations d’entretien, dont le besoin varie individuellement, assurer l’entretien de l'appareil vertébral et du système nerveux.

 

Cette démarche, préventive autant que curative, s’avère à long terme rationnelle, équilibrante et économique pour le maintien de la santé et du bien-être. Nombre de pays ont choisi de réglementer cette activité professionnelle à cause des coûts moindres qu'elle occasionne. 

LES TECHNIQUES

 

 

ILe chiropracteur peut aussi pratiquer d’autres spécialités d’analyse et de correction des subluxations dont les techniques ne sont pas enseignées dans le tronc commun. Ces spécialités peuvent toucher des domaines variés de l’engagement chiropratique : neurologiques, crâniennes ou viscérales, pédiatriques, animales, sportives…

 

Quelles que soient ses techniques de spécialité, votre chiropracteur saura choisir celle qui vous convient le mieux. La chiropraxie n’est pas une technique aléatoire. C’est une profession. 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
C. Blanchard D.C ©2019