Quelques Notions

 

La Méthode Whiteson porte un intêret particulier aux tissus chargés de protéger le système nerveux afin d'aider le patient à recouvrer ses capacités naturelles d'autorégulation. Elle intervient particulièrement sur :

 

  • les muscles (de la base du crâne, du dos, des mâchoires, etc.),
  • le squelette (crâne, colonne vertébrale, bassin, etc.),
  • les méninges (tissus entourant le cerveau, la moelle épinière et les nerfs).

Qu’est-ce que le système nerveux?

 

Le système nerveux est l’un des principaux moyens de régulation de l’organisme. Il est constitué d’un ensemble de noyaux, de ganglions et de nerfs parcourant la quasi-totalité du corps. 

 

Comment agit-il?

 

Le système nerveux reçoit des messages provenant de l’extérieur et de l’intérieur du corps. Si un évènement est perçu comme un danger potentiel, alors le système nerveux va tenter de protéger son intégrité et, selon ses compétences de l'instant, produira une réponse cohérente. Ceci lui permet d’ajuster son comportement et de rechercher la meilleure adaptation possible pour tenter de garantir le maintien de la santé de l’individu.

 

 

Les excès de tension et leurs conséquences ?

 

Lorsqu’un évènement potentiellement perturbateur survient, le système nerveux met certains muscles en tension de façon réflexe, verrouillant ainsi la charpente crânio-vertébrale et les méninges pour protéger son intégrité de fonctionnement et permettre à l’organisme de s’adapter. Si l'organisme parvient à s'adapter à cet évènement perturbateur, les tissus musculo-squelettiques doivent ensuite retourner à leur état de tension préalable. 

 

Si, en revanche, les capacités d’adaptation de l’organisme sont débordées et qu’il ne parvient pas à renormaliser son fonctionnement, certaines tensions peuvent se chroniciser. Bien qu’elles tendront à diminuer avec le temps, ces tensions résiduelles ne disparaîtront pas totalement. Au fil du temps, les tissus concernés peuvent alors perdre leur capacité à jouer convenablement leur rôle de protection et à faire face à de nouvelles perturbations. D’autres mécanismes neuro-musculo-squelettiques pourront ensuite devenir moins fonctionnels et les compétences d’adaptation de l’individu peuvent ainsi s'amoindrir.

 

De plus, lorsque des tensions résiduelles restent présentes, l’organisme se fatigue plus facilement et ses capacités d’autorégulation s’affaiblissent. Différentes approches de santé, naturelles ou non, peuvent ainsi être freinées dans leur application et la restauration autonome de diverses problématiques de santé peut alors se faire de façon moins efficace qu’auparavant.

 

 

La Neurobiothérapie (N.B.T.)

Elle a été développée par Jacques Blanchard D.C. et son épouse Danièle Blanchard D.C., à partir de leurs travaux de recherche pratiques et de l’enseignement de Jean Blancher (C.E.D.S.).

 

La N.B.T. a pour objectif d’aider l’organisme à retrouver de meilleurs moyens d’adaptation. La mise en tension des tissus protecteurs du système nerveux est un réflexe normal, fréquemment utilisé pour assurer la survie de l’organisme.

 

Des tensions survenues lors d'évènements physiques (naissances avec utilisations de forces indues, chutes, accidents, soins dentaires, chirurgies), chimiques (infections exoègnes ou dues à une mauvaise régulation du microbiote, diverses éléments toxiques) ou psychiques peuvent fragiliser les tissus protégeant le système nerveux et provoquer en réponse des défauts de régulation de certaines fonctions de l’organisme. Des schémas posturaux spécifiques protecteurs peuvent alors s'installer et rendre les capacités de régulation de l'organisme moins performantes.

 

Différentes fonctions s’exercent alors moins bien qu’auparavant, affaiblissant l’organisme qui perd un peu de son autonomie de régulation. La N.B.T. contribue à la stabilisation de la technique d’Organisation Neurologique, précédemment décrite.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
C. Blanchard D.C ©2019